Pour une démarche de recherche collaborative

openphotonet_img_1677« Il nous faudrait donc développer une méthode qui, passée au crible des questionnements déontologiques, empêcherait la chosification des personnes, notamment des exclus. Ici, la question n’est pas seulement de trouver la méthode appropriée, mais d’asseoir sur une approche éthique, tant notre implication dans la recherche que les connaissances qui en découlent. Notons ici qu’intégrer dans les études les individus qui nous interpellent, faire ainsi émerger leurs paroles tout en garantissant l’objectivité, la cohérence et la justification de la recherche, est capital, non pas du point de vue de la dynamique de la recherche, mais de celui de sa signification.  » (Selek, 2010)

Depuis plusieurs mois, le travail commencé ici-même a été mis en attente. Mais écrire cela n’est pas tout à fait conforme à la réalité. En effet, s’il fallait rappeler ce qui ferait figure d’épisodes précédents, nous commencerions par dire que ce carnet rend compte des avancées d’un travail de sociologie dont le nom est « Handicap Et Trajectoires Scolaires ». Nous continuerions en précisant que le but de cette recherche est de construire, avec les personnes concernées, une enquête et une analyse qui leur parlent et dans lesquelles elles se retrouvent, dans lesquelles elles pourront trouver les ressources d’une expertise collective et d’une parole construites ensemble. Et puis, nous mentionnerions les difficultés rencontrées pour financer ce travail.

Ce texte peut être considéré comme, disons, un peu à part au regard de la démarche recherchée ici-même. En effet, il précise le point de vue des chercheurs et ne vise pas, en tant que texte, la production d’une parole collective, construite avec les personnes qui font l’expérience des phénomènes qu’il s’agit de comprendre. Nous le précisons car des remarques nous ont été adressées suite à sa première publication dans ce carnet. Ces remarques nous alertaient sur le fait que les lignes qui suivent allaient à l’encontre de la volonté affichée de mener une recherche collaborative : il s’agissait de lignes écrites par des universitaires pour des universitaires ; certainement pas d’une élaboration collective construite avec des personnes handies. Nous avons entendu ces remarques qui étaient justes, et avons retiré le texte dans un premier temps, puis le proposons à nouveau, avec le préalable d’une précision de son statut. Effectivement, ce texte est un peu à part de la démarche annoncée et il est nécessaire de le souligner. Il est d’abord la justification d’une démarche qui n’est pas commune dans la communauté des chercheur.e.s. Ce n’est pas tant la démarche collaborative qui nécessite d’être justifiée que le recours à un mode de financement participatif.

Américo Mariani a rejoint Pierre Dufour dans la construction et la mise en oeuvre du projet. Ensemble, nous avons décidé d’avoir recours à un mode de financement participatif (dont la campagne est actuellement à mi-parcours : https://fr.ulule.com/handicap-trajectoires-scolaires-hets/) pour, dans un second temps, mener le travail. Très concrètement, sans financement, nous peinons à tenir le cap. Les temps dédiés au projet s’espacent, les personnes contactées au départ ont le sentiment d’une démobilisation de notre part et se démobilisent elles-mêmes, le projet perd de sa cohérence. C’est pourquoi ce texte vise à préciser l’orientation adoptée à la fois sur le terrain de la recherche collaborative et sur celui du financement participatif. Cette orientation se base sur plusieurs éléments : sur la volonté de faire une sociologie publique (Burawoy, 2009) qui, en ne rabattant aucun de ses objectifs de connaissance, vise aussi une participation et une prise sur les pratiques ; mais aussi sur le constat d’une nécessité de trouver des financements.

 

Pourquoi nous préférons parler de recherche « collaborative »

Dans la dénomination « participatif ou participative » se loge un partage inégal, entre la partie qui initie, pilote, décide et celle invitée à participer. Nous préfèrerons donc le terme « collaborative » puisque dans une collaboration, chacune des parties doit trouver son compte, non pas dans un échange donnant/donnant mais dans une satisfaction de besoin forcément singulier. Les chercheur.e.s et les praticien.ne.s, les acteurs.trices de terrain, n’ont pas à partager tous les buts. Les instances de légitimation sont différentes pour les un.e.s et pour les autres. La recherche poursuit une double finalité : une production de connaissance et de résolution d’une problématique donnée, un développement de pouvoir d’agir (concevoir et faire) pour les personnes directement concernées. Dès lors,  cette collaboration implique des phases de négociation de ces objectifs et de se doter d’outils pour suivre et « évaluer » dans les différents moments de la recherche l’adéquation à ce qui a été décidé. Il est évident que nous ne pensons pas que les personnes concernées aient attendu les chercheur.e.s pour développer leurs propres outils, leurs propres ressources, leur pouvoir d’agir. Nous suggérons simplement la piste d’un travail commun.

Nous aurions tout aussi bien pu nous inscrire dans la lignée des recherches actions, recherches interventions, partageant avec elles le souci de connaissances coproduites avec les personnes impliquées et pouvant être directement mises en application. Nous considérons que notre logique est celle de chercheur.e.s qui visent à produire des connaissances et que la visée pratique ne nous appartient pas directement. Par contre, notre but est de faire en sorte que les connaissances produites puissent être mobilisées comme des ressources par les personnes concernées. Ainsi, ce que nous proposons, ce sont des méthodes, des démarches, qui permettent de travailler « avec » et non « sur », dans la prolongation de l’avertissement de P. Selek, mis en exergue de ce texte. La dénomination choisie « recherche collaborative » qualifie notre pratique autant qu’elle indique un engagement éthique.

 

Financer une demande sociale non solvable

Si comme chercheur.e.s, en l’occurrence sociologues, nous visons la production de connaissance, la viabilité de nos activités dépend du financement de cette production. C’est une donnée de base : nous répondons à une demande solvable qui s’exprime par des commandes privées ou publiques. Dans les réponses que nous élaborons, nous prenons soin de reformuler, de prendre des distances avec les « attentes » et nous connaissons les critiques faites à la sociologie réalisée hors du cadre universitaire (Legrand, 2004). R. Castel définit la demande sociale comme « un système d’attente de la société à l’égard des problèmes quotidiens qui la sollicitent » (2000), comme expression de problématique, à la fois incompréhensions et problèmes, en tant qu’ils « constituent la trame des préoccupations d’une foule de gens qui les vivent ». Dans un contexte de baisse des investissements pour la recherche, nous pensons qu’une grande part de la « problématique sociale » reste en dehors des recherches financées. Cette problématique n’est pas exclusive à la recherche professionnelle et la recherche universitaire, elle même prise dans les rets du financement par projet, souffre de cette situation. Le recours à un financement participatif est une tentative de réponse à cette situation de baisse des financements et une opportunité pour co-construire des recherches avec des personnes, des organisations et des collectifs, qui n’ont pas les moyens de les financer.

 

S’inscrire dans une dynamique

Depuis les appels à une recherche en plein air (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001) ou à une sociologie publique (Burawoy, 2009), la question d’une ouverture de la recherche à la société avance doucement mais sûrement. Ici et là apparaît la dénomination « tiers secteur scientifique » (Crosnier, Neubauer et Storup, 2014) que l’on caractérise par une grande diversité d’acteurs et par des modalités de production des savoirs fondées sur une expertise profane, praticienne et / ou de terrain. La fondation Science Citoyennes réalise, à la demande de la Fondation de France, un rapport en 2013 (Storup, 2013) et le Ministère de l’éducation et de la recherche lance en février 2015 une mission sur les « sciences participatives » qui donnent lieu au rapport « Les sciences participatives. État des lieux, bonnes pratiques et recommandations » paru en février 2016 sous la direction de François Houllier. Le rapport constate une « évolution importante et remarquable », principalement dans les domaines de l’agriculture et de l’environnement en France, mais aux Etats-Unis et dans les pays anglo-saxons, c’est la question de la santé qui est très présente. Les sciences sociales sont largement « à la traîne » dans une dynamique qui touche avant tout les sciences dites « dures »[2].

Pierre Mercklé souligne que « les expériences d’externalisation distribuée des tâches non seulement de collecte, mais aussi d’analyse des données, et a fortiori d’interprétation et d’écriture, restent extrêmement timides » et rappelle les avertissements de Bernard Lahire sur le danger que fait courir à la sociologie le risque de délégation de l’analyse et de la compréhension des faits sociaux aux acteurs (Lahire, 2005). Pourtant, il est clair que la dynamique de « participation » et de collaboration existe. Elle est palpable dans différentes expériences telles que les boutiques de sciences[3] qui ont plus de succès dans le reste de l’Europe qu’en France. On en trouve une centaine réparties dans 24 pays. Le principe est de créer une interface entre « la société » et la recherche, notamment académique, de donner la possibilité d’en bénéficier à des associations, des regroupements de personnes « qui rencontrent un problème, cherchent un éclairage » (Site de La boutique de Lyon). L’ouvroir de sociologie potentielle à l’EHESS nous semble aussi relever de la même dynamique. Créé en 2014, sous l’impulsion notamment de Liora Israël, il « est né de la conviction que le regard des sciences sociales peut – en dehors de toute logique d’expertise – rejoindre et enrichir les questionnements qui émergent de pratiques professionnelles ou bénévoles. En favorisant leur circulation entre les acteurs de la recherche en sciences sociales et de la société civile, l’Ouscipo veut créer les conditions d’un enrichissement réciproque de ces questionnements. »[4]

 

Questions de méthode

Il nous semble important de transcrire dans nos pratiques d’enquête, dans la mise en œuvre de nos recherches, les nécessités et attentes de la recherche collaborative. C’est pourquoi nous plaçons la question méthodologique au cœur de notre démarche. C’est aussi à cet endroit que nous pouvons mesurer et réfléchir aux questions épistémologiques, éthiques et politiques que soulève une telle démarche. Nous ne pouvons simplement énoncer des principes. Nous devons pouvoir les traduire en éléments observables pouvant faire l’objet d’un suivi et de retour réflexif. Il convient de préciser que d’emblée la sociologie est une science collaborative puisqu’il n’existe quasiment pas d’obtenue qui ne soit donnée dans une interaction. C’est dans l’échange, dans le recueil auprès des personnes prises dans des situations que nous allons puiser la matière première de notre travail. Néanmoins, parmi les préoccupations centrales qui animent la démarche que nous souhaitons mettre en oeuvre, il y a la volonté de ne pas constituer en « fonds de commerce » qui profiterait avant tout aux chercheurs telle ou telle catégorie d’expérience. Dans cette démarche précise, nous considérons qu’une recherche nécessite d’être menée dès lors que les personnes concernées l’estiment légitime, dès lors qu’elle estiment que les questions de départ sont pertinentes et que les résultats peuvent leur être utiles. Or, il nous semble que pour être en accord avec ce principe, la logique invite à construire l’ensemble du processus de recherche et d’analyse avec les personnes concernées.

Mais il s’agit aussi de nous référer à différents écrits qui placent la question de l’expression et du souci que chacun.e ait une voix au centre d’une réflexion sur l’éthique. Nous pensons notamment d’une part, aux travaux relatifs à l’éthique du care (Gilligan, Laugier et Paperman, 2008 ; Paperman et Laugier, 2011), et d’autre part, à certains aspects de la philosophie morale (Cavell, 1996, 2009 ; Diamond, 2011 ; Laugier, 2010). Sandra Laugier (2009) a montré les points de similitude entre ces deux perspectives (care et philosophie morale). Notre intérêt pour les méthodes collaboratives, notre conviction de leur nécessité et de la nécessité d’une réflexion inquiète sur ce que nous faisons avec les personnes qui nous livrent quelque chose d’elles-mêmes au cours de nos travaux, sont en partie issus de ces apports.

Pour l’heure, une campagne de financement participatif est donc en route. Sans doute n’est-ce pas très glorieux mais nous assumons cette option. Il est évident que la pénurie de moyens octroyés aux chercheur.e.s ne saurait être satisfaisante. Il est tout aussi évident que cette option n’est pas un véritable choix. Il nous importe, simplement, de faire en sorte de mener ce travail et d’en développer les méthodes. Il nous importe, tout aussi simplement, d’imaginer qu’il est possible de construire des travaux avec les personnes qui vivent les phénomènes auxquels nous nous intéressons ; et de considérer que la sociologie peut fournir des ressources aux personnes et aux groupes qui font l’expérience de situations d’oppression et de domination. Dès lors, ce projet est appelé à être prolongé par d’autres projets, menés sur d’autres thématiques, dans l’optique d’une sociologie soucieuse que chacun.e ait une voix.

 

Bibliographie

Burawoy M., 2009, « Pour la sociologie publique », Actes de la recherche en sciences sociales, 176177, 1, p. 121.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain: essai sur la démocratie technique, Paris, France, Éd. du Seuil, 357 p.

Castel R., 2000, « La sociologie et la réponse à la « demande sociale » », Sociologie du Travail, 42, 2, p. 281‑287.

Cavell S., 1996, Les voix de la raison: Wittgenstein, le scepticisme, la moralité et la tragédie, traduit par Laugier S., Balso J., Paris, France, Ed. du Seuil, DL 1996, 720 p.

Cavell S.A., 2009, Qu’est-ce que la philosophie américaine ?: de Wittgenstein à Emerson, traduit par Fournier C., Laugier S., Paris, France, Gallimard, vi+592 p.

Crosnier H.L., Neubauer C., Storup B., 2014, « Sciences participatives ou ingénierie sociale : quand amateurs et chercheurs co-produisent les savoirs », Hermès, La Revue, 67, p. 68‑74.

Diamond C., 2011, L’importance d’être humain: et autres essais de philosophie morale, Paris, France, Presses universitaires de France, impr. 2011, 308 p.

Gilligan C., Laugier S., Paperman P., 2008, Une voix différente: pour une éthique du « care », traduit par Kwiatek A., Nurock V., Paris, France, Flammarion, DL 2008, xlvi+284 p.

Lahire B., 2005, L’esprit sociologique, Paris, France, Éd. la Découverte, 434 p.

Laugier S., 2009, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, 37‑38.

Laugier, S. (dir.), 2010, La voix et la vertu: variétés du perfectionnisme moral, Paris, Presses universitaires de France, impr. 2010, 537 p.

Legrand M., 2004, « L’expertise du sociologue: engagement et accompagnement du changement », dans L’expertise du sociologue, Paris, L’Harmattan, p. 81‑142.

Marcel, J.-F. (dir.), 2015, La recherche-intervention par les sciences de l’éducation: accompagner le changement, Dijon, France, educagri éditions, DL 2015, 265 p.

Paperman, P., Laugier, S. (dirs.), 2011, Le souci des autres: éthique et politique du « care », Paris, France, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, DL 2011, 393 p.

Selek P., 2010, « Travailler avec ceux qui sont en marge ? », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, 5.

Storup, B. (dir.), 2013, « La recherche participative comme mode de production de savoirs. Un état des lieux des pratiques en France. », Fondation Sciences citoyennes.

Notes

[1] http://sciencescitoyennes.org/les-picri-une-recherche-plus-proche-des-citoyens/

[2] http://pierremerckle.fr/2012/02/vers-des-sciences-sociales-citoyennes-version-longue/

[3] http://boutiquedessciences.universite-lyon.fr/ ; http://sciencescitoyennes.org/le-tiers-secteur-scientifique-exemple-des-boutiques-de-sciences/ .

[4] http://ouscipo.ehess.fr/

Image : © Sarah Klockars-Clauser

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *