Écriture illégitime et recherche participative

rueL’une des questions qui animent ce carnet consiste à se demander comment, concrètement, mettre en œuvre une recherche qui soit réellement participative. Mais exprimer les choses de cette manière reste peut-être tout aussi flou qu’inexact.

De prime abord, l’expression « participative » semble engager une sollicitation de l’activité de personnes, autres que le ou la chercheur-e, dans la production de la recherche. De plus, elle suggère que cette sollicitation de l’activité n’existerait pas, d’ordinaire, dans les enquêtes en sociologie. Pourtant, lorsqu’une personne accepte d’accueillir un-e chercheur-e chez elle, de consacrer du temps à écouter ses questions, à y répondre, son activité est mobilisée autour d’un moment du travail auquel elle participe et qu’elle contribue à rendre possible. Quelle que soit la suite donnée à ce temps, qu’il y ait ou non diverses formes de restitution, de droit de regard et de modification, tout recueil de l’expression nécessite la communauté d’une activité ou, tout du moins, l’activité de l’un-e et de l’autre : celle du ou de la chercheur-e, celle de la personne qui lui répond.

L’histoire du champ de la recherche sur le handicap comporte une séquence au cours de laquelle la question des rôles et de leur répartition dans le processus d’enquête s’est posée avec une insistance particulière. Au cours des années 1960, quelques personnes résidant dans une institution spécialisée britannique demandent à des chercheur-e-s de venir sur leur lieu de vie, afin d’y mener un travail de terrain. Dans cette demande, il y a la volonté de trouver des allié-e-s qui, espèrent les résident-e-s, dénonceront les règlements liberticides et la tristesse des quotidiens. Sauf qu’au terme de l’enquête, les chercheur-e-s ne préconisent aucun changement organisationnel et invitent les personnes qui les ont appelé-e-s à accepter leur destin (Barnes et Mercer, 1997).

Quelques années plus tard, l’une des personnes qui avaient sollicité l’appui des chercheur-e-s, Paul Hunt, sera avec Vic Finkelstein l’acteur majeur de la création d’UPIAS (Union of the Physically Impaired Against Segregation). Fondée en 1974, UPIAS sera dissoute en 1990 (Finkelstein, 2005 ; Hunt, 2001). C’est en son sein qu’est né le modèle social du handicap, outil qui permettra, tant à l’action militante qu’à la recherche universitaire, de déplacer l’attention et l’action de l’individuel vers le collectif, du médical vers le social. Dans cette optique, il ne s’agit pas de nier le corps mais de fournir une grille de lecture centrée sur les facteurs qui disqualifient, excluent, et restreignent les libertés individuelles, afin d’agir sur ces facteurs.

Au début des années 1990, insatisfaits du champ de la recherche sur le handicap, Mike Oliver et Len Barton organisent une série de séminaires réunissant des chercheur-e-s et des militant-e-s, et qui aboutissent à une conférence ainsi qu’à la publication d’un numéro de la revue Disability, Handicap and Society (1992, vol. 7, n° 2). Appelant à ce que les recherches sur le handicap contribuent à lutter contre l’oppression, M. Oliver préconise notamment que les chercheur-e-s perdent le privilège de la définition de l’objet, qu’ils mettent ou qu’elles mettent leurs compétences au service des personnes concernées ainsi que de leurs organisations, mais également que les unes et les autres soient associées à chaque étape du processus de production de la recherche (Oliver, 1992, 1997 ; Boucher, 2001). Il nous semblait nécessaire de mentionner cette séquence qui débute par une confiance déçue et se termine par un complet retournement de perspective ; cela d’autant plus que nos propres travaux sont amplement redevables des apports du modèle social. Pourtant, ce n’est pas véritablement dans ce cadre que se situent les questions initiales de cette recherche.

Au delà de l’objet annoncé par le titre de ce carnet, la préoccupation de départ porte sur le recueil de l’expression et le travail qui, ensuite, est opéré à partir de cette expression. Cora Diamond (2004, 2011) développe une conception de l’éthique qui accorde une place prépondérante à l’attention ; l’attention à ce qui se passe, mais également à notre manière de prêter attention à ce qui se passe. Cette attention est-elle adéquate ? Ne passons-nous pas à côté de ce qui importe pour les personnes prenant part à la situation ? Le souci de C. Diamond ne concerne pas la sociologie. Pourtant, nous voudrions le transposer dans nos méthodes. Car il porte avec lui une inquiétude qui nous semble pouvoir mener vers une exigence et une rigueur méthodologiques. Il ne s’agit évidemment pas de prétendre dire ou écrire le vrai, pas plus qu’il ne s’agit de nier à la pratique de la sociologie sa mise en œuvre d’outils, de méthodes et de procédures, permettant d’objectiver les phénomènes. Il s’agit, par contre, de prendre au sérieux la difficulté, peut-être inhérente à chacun-e d’entre nous, d’exprimer ce que nous avons vraiment envie d’exprimer.

L’entretien est un moment. Un atelier participatif est également un moment. Ce que quelqu’un-e dit lors d’un entretien, ou lors d’un atelier, correspond à un moment de sa pensée dont rien n’interdit qu’il puisse ne pas tout à fait exprimer ce qu’il ou elle voulait, ou aurait voulu, exprimer vraiment. Mais rien n’interdit non plus que cette expression puisse entrer dans un processus qui l’affine, la déplace, au point qu’elle finisse par être en adéquation avec des idées qui importent davantage à la personne que les propos qu’elles tenaient initialement ; ou même, qui correspondent davantage à ce qu’elle voulait dire initialement (Cavell, 2009 a). Cela vaut tout autant pour le ou la chercheur-e dont les découpages ne sont jamais immunisés contre l’utilisation abusive d’un extrait d’entretien décontextualisé, et qui est lui-même ou elle-même confronté-e aux mêmes difficultés inhérentes à l’expression, notamment lorsqu’il s’agit de rendre compte par écrit.

De notre point de vue, la construction d’une méthode participative s’inscrit dans une conception de l’expression selon laquelle chaque moment est un pas, qui implique d’autres pas, des égarements (Cavell, 2009 b), des retours, des instants plus ou moins longs où l’on cherche à se repérer. Cet ensemble trace un parcours, avec ses étapes construites ensemble, et destiné à mener quelque part. Ces orientations de départ, qui visent à ce que la construction de l’objet et l’analyse soient élaborées collectivement, nécessitent que leurs modalités pratiques soient discutées avec les personnes participant au travail. Notamment, elles impliquent de se défaire de la notion d’enquêté-e au profit de celle de participant-e à un travail commun.

C’est dans cette optique que la première rencontre effectuée dans le cadre de cette recherche a donné lieu à un échange au sujet de ce que celle-ci pourrait être, concrètement ; les idées exprimées à cette occasion par le chercheur pouvant être résumées sous la forme : voilà ce que nous pourrions faire ensemble, qu’en penses-tu ? L’objet a été présenté brièvement, le principe de l’entretien, celui des ateliers, ainsi que la volonté de trouver progressivement une formule permettant le travail collectif, également. Il ne s’est pas agi d’un premier entretien mais d’un rendez-vous individuel qui visait à esquisser les bases d’un projet commun possible. Pour bien comprendre l’un-e et l’autre vers quelles voies l’objet pouvait s’orienter, nous nous sommes raconté-e-s des éléments de nos parcours respectifs, ce qui nous a amené-e-s à évoquer nos rapports aux milieux spécialisé et ordinaire. D’une certaine manière, il est possible de terminer ce texte en disant que nous avons, lors de ce premier échange, posé les bases d’un projet commun. Nous avons notamment convenu que chaque écrit se rapportant à la personne rencontrée lui serait proposé pour modifications, ajouts et commentaires, afin que celui-ci soit transformé en conséquence. Les possibilités d’une écriture commune ont également été évoquées.

Or, ce texte a beau ne rien mentionner de précis se rapportant directement à la personne rencontrée ce jour là, le fait même de cette rencontre place la situation d’écriture en position d’illégitimité. Car le projet est maintenant partagé ; pourtant, une seule personne en rend compte pour l’instant. Autre source d’illégitimité : il est habituel en sociologie d’effacer la trace des enquêté-e-s, de faire en sorte qu’ils ou elles deviennent méconnaissables. Mais comment composer avec d’une part, ce qui justifie ce procédé et, d’autre part, la communauté d’un travail ? Les prochaines étapes de cette recherche, qui consisteront en échanges formellement orientés vers l’approche de l’objet, mettront nécessairement sur la voie de réponses possibles.

 

Bibliographie :

Barnes C. et Mercer G. (dir.), Doing Disability Research, Leeds, Disability Press, 1997.

Barnes C. et Mercer G., « Breaking the Mould ? An introduction to doing disability Research », in Barnes C. et Mercer G. (dir.), Doing Disability Research, Leeds, Disability Press, 1997.

Boucher N., « Handicap, recherche et changement social : le paradigme émancipatoire dans l’étude de l’exclusion sociales des personnes handicapées », Lien social et Politiques, n°50, 2003, p. 147-164.

Cavell S., Dire et vouloir dire, Paris, Vrin, 2009.

Cavell S., Qu’est-ce que la philosophie américaine ?, Paris, Folio, 2009.

Diamond C., L’importance d’être humain, Paris, PUF, 2011.

Diamond C.L’esprit réaliste, Paris, PUF, 2004.

Finkelstein V., Reflections on the Social Model of Disability : the South African Connection, 2005.

Hunt J., « A revolutionary group with a revolutionary message », Coalition, 2001.

Oliver M., « Emancipatory Research : Realistic Goal or Impossible Dream ? », in Barnes C. et Mercer G. (dir.), Doing Disability Research, Leeds, Disability Press, 1997.

Oliver M., « Changing the social relations of research production ? », Disability, Handicap and Society, vol. 7, n° 2, 1992.

UPIAS, Policy Statement, 1974/5.

Photo : © Jean-François Barthe


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Elvire Bornand dit :

    Merci beaucoup pour ce billet qui fait réfléchir … et crée dans mon esprit de la confusion. Je n’aurais jamais dit que l’activité de répondre à une enquête était une forme de participation mais maintenant je ne suis plus sûre… Je trouve que les expressions le plus employées habituellement par les chercheurs « travailler sur  » « mes enquêtes » « mon terrain » ne plaident pas pour une dimension participative, j’ai plutôt l’impression qu’il est demandé aux personnes d’accepter d’être objet d’enquête donc plutôt une recherche de consentement que de participation.
    Sinon j’en profite pour passer commande, j’aimerais bien des billets « revue de littérature » parce que je ne connais aucun des auteurs cités dans l’article alors qu’au quotidien je me casse la tête et les dents sur la question de la participation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *