Parler de, parler avec, construire avec

openphotonet_Photo_082104_022Dans un texte de 1997, Ayesha Vernon propose de revenir sur un travail qu’elle a mené avec des personnes avec lesquelles elle partage certaines similitudes. Cependant, exprimer les choses de cette manière invite à s’éloigner pour un court moment du texte à peine évoqué afin de l’approcher par deux voies détournées. À la page 28 de la présentation de L’importance d’être humain de Cora Diamond, Sandra Laugier et Emmanuel Halais écrivent :

« Les limites du langage sont les limites de mon monde, et de ma vie : reconnaître ma forme de vie dans le langage, c’est reconnaître ma finitude. » À son tour, page 82, C. Diamond écrit : « Je crois que l’importance que les gens attachent à l’hospitalité dans certaines cultures – ce que signifie refuser l’hospitalité à un étranger dans ces cultures – témoigne du même sentiment d’arrogance de celui qui se coupe de la communauté du besoin et de la solidarité du destin. ».

Mobiliser ces apports dans une recherche sociologique invite à considérer que certains traits propres à l’humain sont suffisamment fondamentaux pour que les façons de construire le travail en découlent. Il ne s’agit en rien d’un effacement des aspérités ou des particularités qui conduirait à un universalisme uniforme et désincarné. Il s’agit par contre de considérer que l’abord de thématiques, de catégories et de population particulières, dépend du sens que chacun-e de nous donnons à la vie humaine.

Ce sens diffère selon les un-e-s et les autres. Néanmoins, explique C. Diamond, nous partageons avec nos semblables non seulement différents besoins, mais également la possibilité d’accomplir, ou de choisir de ne pas accomplir, un travail de l’imagination qui mène du monde qui fait sens pour nous, au monde qui fait sens pour les personnes avec qui nous échangeons, à ce qui leur importe, ce qui leur donne envie de continuer ou au contraire les fait désespérer, ou encore les fait sourire, pleurer, etc. Nous partageons également avec nos semblables cette façon d’expérimenter les situations humaines selon laquelle, parfois, souvent, ce qui devrait retenir notre attention reste dissimulé, nous échappe ; selon laquelle, parfois, souvent, nous passons à côté de l’importance.

La perspective proposée par C. Diamond invite à nous soucier, qui que nous soyons, de l’expression, des présupposés et des implications des mots que nous prononçons. Si, dans une optique de recherche, ce souci vaut autant pour les chercheur-e-s que pour les participant-e-s à la recherche et invite à la construction de méthodes participatives, il ouvre également deux options intimement liées. D’une part, nos catégories, entendues comme découpages de la réalité sociale, ne sont pas nécessairement judicieuses et pertinentes. D’autre part, la tendance à associer des thématiques à des populations ne creuse-t-elle pas une distance entre les personnes – entre les chercheur-e-s et les personnes qui leur répondent, par exemple ? Cette distance n’est-elle pas elle-même un construit social d’emblée renforcé par le choix d’objet et le processus d’enquête – « Je m’adresse à vous parce que je recherchais tel type de population. » ? Ce construit social ne repose-t-il pas sur une négation, ou un effacement des traits en partage à l’instant évoqués ?

Ces perspectives permettent de déplacer la question de la légitimité de la parole tenue sur autrui vers celle de la parole construite avec autrui. En outre, elles invitent à aller au-delà des discussions selon lesquelles partager ou non une similarité avec les personnes participant au travail (faire partie ou non de la « population enquêtée » ou être personnellement concerné-e par l’objet de recherche) serait gage de légitimité ou au contraire entraverait l’objectivité. Dans un texte de 1997, intitulé « Reflexivity : The dilemmas of researching from the inside », et extrait de Doing disability research, coordonné par Colin Barnes et Geof Mercer, Ayesha Vernon expose la manière dont elle a mené, en tant que chercheure, femme, noire, handie, un travail avec des femmes, noires, handies. L’appui de ce texte permet de bénéficier de l’expérience d’une enquête conduite avec la volonté que cette dernière ne soit pas celle de la chercheure mais celle de l’ensemble des participantes.

Concrètement, explique A. Vernon, les aspects de l’expérience destinés à être approfondis ont été décidés au cours d’entretiens semi-directifs menés avec quatre personnes participant à la recherche. L’enquête s’est alors centrée sur l’éducation et l’emploi. Les contacts suivants ont été cherchés par la médiation de la presse consacrée au handicap mais cette voie s’est montrée peu fructueuse. La plupart d’entre eux ont été obtenus en passant par le milieu associatif mais plus encore par la mise en relation de la chercheure avec quelques-unes des connaissances des premières personnes interrogées. Les entretiens ont été précédés de discussions informelles. La chercheure a envoyé chaque entretien retranscrit à la personne concernée afin qu’elle le modifie, l’annote, ajoute des commentaires, des précisions, enlève certains passages, ce qui a parfois été fait par écrit, d’autres fois oralement, par téléphone, la chercheure écrivant durant la conversation téléphonique les précisions fournies par son interlocutrice.

A. Vernon mentionne des difficultés pratiques à faire en sorte que l’analyse soit menée collectivement, notamment en raison des contraintes de temps et de l’éloignement géographique des personnes. La chercheure évoque également la question du choix des participantes de conserver ou non l’anonymat, ainsi que ses inquiétudes quant à la question de savoir à qui, fondamentalement, profite la recherche. Sans ambigüité, elle conclue que c’est probablement elle qui en a été la principale bénéficiaire : l’enquête lui a permis de mener à bien un travail doctoral. Elle concède également que sa volonté d’impliquer les personnes dans la construction de l’analyse n’a pu se concrétiser de manière satisfaisante et, qu’en définitive, le ou la chercheur-e opère les choix de rédaction finaux.

Le texte de A. Vernon ne se limite pas aux aspects résumés ici. Néanmoins, ces derniers attirent l’attention sur différents points qui posent des questions particulières, mais dont les réponses prendront rapidement la forme d’essais de mise en pratique de la construction collective annoncée. En effet, le prochain texte de ce carnet sera écrit après qu’ait été mené le premier entretien formel de ce travail. La question de l’anonymat ou de sa levée devra nécessairement ne plus en être une. Il en va de même pour celle des modalités d’écriture du texte. Quant aux contours de l’objet et aux façons de les cerner, eux aussi devraient être précisés ; quitte à ce que les cartes soient redistribuées au fur et à mesure des arrivées et participations à venir, et que s’inventent différentes façons de travailler ensemble.

Bibliographie :

Diamond C., L’importance d’être humain, Paris, PUF, 2011.

Vernon A., « Reflexivity : The dilemmas of researching from the inside », in C. Barnes et G. Mercer (dir.), Doing disability research, Leeds, The Disability Press, 1997, téléchargeable ici :

http://pf7d7vi404s1dxh27mla5569.wpengine.netdna-cdn.com/files/library/Barnes-Chapter-10.pdf

Image : Self Portrait, © Bruce Denney, Open Photo


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *